L'homme dévasté: Essai sur la déconstruction de la culture - préface de Raphaël Enthoven (essai français)

2 durchschnittliche Bewertung
( 1 Bewertungen bei Goodreads )
 
9782246852667: L'homme dévasté: Essai sur la déconstruction de la culture - préface de Raphaël Enthoven (essai français)
Reseña del editor:

Jean-François Mattéï n'a cessé, depuis sa thèse sur "La fondation de l'ontologie platonicienne", de poursuivre ses recherches sur "le fondement prémétaphysique de la métaphysique". 
Dans ce voyage philosophique, il a toujours cheminé en compagnie de Platon, de Heidegger, d'Hannah Arendt, d'Albert Camus et de Jan Patocka – et, surtout, de leurs concepts ou sensibilités face au monde moderne. 
Ces recherches l'ont amené, de proche en proche, à se quereller avec les tenants de "l'anti-humanisme" contemporain qui, fidèles à la leçon de Michel Foucault, ont cru devoir diagnostiquer "la mort de l'homme". 
Pour Mattéi, disciple en cela d'Albert Camus (dont il partage la naissance oranaise), l'humanisme n'a pas dit son dernier mot, au contraire, et à condition de ne pas réduire cet impératif éthique à un vague bouillon de bons sentiments. 
Dans ce dernier ouvrage – qu'il avait d'abord voulu intituler: "Essai sur la destruction de l'homme"-  il revient donc sur les "idéologies de la mort de l'homme" et entend les combattre à partir de Camus et de Platon. 
Le titre ultime de son livre fait d'ailleurs écho à "L'homme révolté" de Camus.
Testament philosophique, ce livre est fidèle à ce qu'était Jean-François Mattéï : un homme bon, un ami de la vie, un tenant de "la morale à hauteur d'homme", sans doute jugé avec une sévérité excessive par les "gauchistes" philosophiques, mais proche de son lecteur, et styliste de grand talent. 
Une préface admirable de Raphaël Enthoven replace ce livre dans son contexte historique et philosophique. 
De plus, le préfacier défendra dans les média la mémoire de son professeur et ami.

Reseña del editor:

Depuis sa thèse sur l'ontologie platonicienne, Jean-François Mattéi n'a cessé de poursuivre ses recherches sur les fondements pré-métaphysiques de la métaphysique. Au fil de ce voyage philosophique – tragiquement interrompu par sa mort en 2014 - il a toujours cheminé en compagnie des Grecs, de Heidegger, d'Hannah Arendt, d'Albert Camus, de Jan Patocka – et, surtout, de leurs concepts ou sensibilités face au monde moderne.
Ces recherches l'ont amené, de proche en proche, à prendre quelques distances intellectuelles avec les tenants de "l'anti-humanisme" contemporain - qui, fidèles à la leçon de Michel Foucault, avaient cru devoir diagnostiquer "la mort de l'homme".
Pour Mattéi, disciple en cela d'Albert Camus (auquel le lient une complicité solaire et une naissance en Algérie), l'humanisme n'a pas dit son dernier mot, au contraire, à condition de ne pas le réduire à un vain syncrétisme de bons sentiments.
Dans ce nouvel ouvrage – qu'il avait d'abord voulu intituler: "Essai sur la destruction de l'homme"-  ce grand pédagogue revient ainsi sur les "idéologies de la mort de l'homme" et entend les combattre à partir de Camus et de Platon. Le titre ultime de son livre ne fait-il pas, d'ailleurs, écho à L'homme révolté ?  
Testament philosophique, ce livre est magnifiquement fidèle à ce qu'était Jean-François Mattéi : un homme bon, un ami de la vie, un tenant de "la morale à hauteur d'homme" et un styliste de grand talent.  

Une longue préface de Raphaël Enthoven replace ce livre dans son contexte historique et philosophique.

 

 

„Über diesen Titel“ kann sich auf eine andere Ausgabe dieses Titels beziehen.

(Keine Angebote verfügbar)

Buch Finden:



Kaufgesuch aufgeben

Sie kennen Autor und Titel des Buches und finden es trotzdem nicht auf ZVAB? Dann geben Sie einen Suchauftrag auf und wir informieren Sie automatisch, sobald das Buch verfügbar ist!

Kaufgesuch aufgeben